top of page

Le combat de la foi

Fr. Roger-Thomas CALMEL O.P.

Informations

LE PÈRE CALMEL

Les thèmes

Libéralisme et modernisme

Grandes heures de la Tradition

Crise dans l'Église

Le Sel de la terre n° 12 bis

Le numéro

Printemps 1995

p. 97-143

Fr. Roger-Thomas  CALMEL O.P.

L'auteur

Fr. Roger-Thomas CALMEL O.P.

Tout le numéro 12 bis du Sel de la terre est consacré à la figure du père Calmel.

 0,00 €

Télécharger le Pdf ici :

Le combat

de la foi

  
Le père Calmel n’a point forligné parce qu’il a suivi impavidement, douloureusement, joyeusement, le chemin de la rectitude théologale. Ce petit frère de saint Dominique fait figure de géant à côté des nains spirituels qui, pour se grandir, se hissent et s’agitent sur les tréteaux de la foire aux vanités de ce monde.
Marcel De Corte
« Son dernier livre », Itinéraires 206, p. 52.
 

 Préface au

Catéchisme

sur le modernisme

du père Lemius

 
 
L’hérétique classique, Arius, Nestorius, Luther, même s’il a quelque velléité de rester dans l’Église catholique, fait ce qu’il faut pour être exclu : il combat à visage découvert la vérité révélée dont le dépôt vivant est gardé par l’Église. L’hérétique, ou plutôt l’apostat moderniste, un abbé Loisy, un père Teilhard de Chardin, rejette consciemment toute la doctrine de l’Église, mais il nourrit la volonté de rester dans l’Église, et il prend les moyens qu’il faut pour s’y maintenir ; il dissimule, il fait semblant, dans l’espoir de mener à terme son dessein de transformer l’Église de l’intérieur, ou comme l’écrivait le jésuite Teilhard de Chardin de rectifier la foi [1].. Le moderniste a ceci de commun avec d’autres hérétiques qu’il refuse toute la révélation chrétienne. Mais parmi ces hérétiques, il présente ceci de particulier qu’il dissimule son refus. Le moderniste, on ne le saura jamais assez, est un apostat doublé d’un traître.
Vous demanderez peut-être : étant donné la position foncièrement déloyale adoptée par le moderniste, comment lui est-il possible de s’y tenir à longueur de vie, sans faire craquer son équilibre intérieur ? L’équilibre psychologique est-il compatible avec une duplicité entretenue indéfiniment et portant sur les questions suprêmes ? Il faut répondre par l’affirmative en ce qui touche les chefs de file. Pour le grand nombre, qui sont des suiveurs, la question de l’équilibre psychologique à l’intérieur d’une hypocrisie sans faille est sans doute beaucoup moins aiguë. D’autant que ces suiveurs, lorsqu’ils sont prêtres – ce qui est fréquent –, finissent généralement par contracter mariage, ce qui met un terme à leur nécessité de dissimuler. Une fois mariés en effet, ils ont beau rester apostats, ils ne sont plus modernistes. Les choses deviennent claires à leur sujet ; ils n’ont plus à contrefaire les apparences du prêtre catholique. – Pour les chefs de file, pour les prélats placés à un poste important, si leur modernisme est praticable sans trop de dégâts psychologiques c’est sans doute parce qu’ils sont divertis par des complices jamais en repos, par des flatteurs infatigables. Étant distraits de faire retour à leur propre cœur, ils peuvent parvenir à échapper aux questions torturantes d’une conscience morale trop lente à mourir.
bottom of page