top of page

Quand Satan rêve tout éveillé

Anonyme

Informations

DOCUMENTS

Les thèmes

Le Sel de la terre n° 92

Le numéro

Printemps 2015

p. 134-138

Anonyme

L'auteur

Anonyme

 0,00 €

Télécharger le Pdf ici :

Quand Satan rêve tout éveillé

 

 

Le « fameux » rêve maçonnique (1934)

 

Dans le septième volume de sa série Les Hommes de bonne volonté, le romancier Jules Romains s’attarde sur la franc-maçonnerie – avec une complaisance évidente. L’ouvrage est intitulé A la recherche d’une église [1].

Pour désamorcer les critiques, la maçonnerie est d’abord présentée de façon satirique : un des personnages du roman, ancien maçon, tourne en ridicule les rites de sa loge. Mais la présentation positive vient plus tard. Un vrai maçon, très sympathique, dévoile son idéal : la construction du Temple, c’est-à-dire de l’humanité nouvelle, enfin unie dans la justice, la paix et la fraternité.

A cette construction, l’Église catholique elle-même est appelée à collaborer, pour peu qu’elle abandonne sa farouche intransigeance. Et le ponte maçonnique énonce le « fameux rêve » de sa secte :

Il faudra bien qu’à un moment ou à l’autre la question se règle entre l’Église et nous… Je ne désespère pas d’une alliance tôt ou tard… l’alliance plus ou moins occulte… Nous sommes, eux et nous, les seuls soldats de l’Universel, et aussi du Spirituel… Pourquoi leur Dieu ne pourrait-il pas tolérer notre jeune architecte ? Il n’a qu’à lui laisser ce monde-ci et qu’à garder pour lui l’autre monde… Vous ne trouvez pas ?

— Ce que vous lui offrez c’est une situation de Dieu en exil ?

— … Peut-être, mais avec de grands honneurs […]. Bref, nous verrons… Vous savez, le fameux rêve d’un pape, un jour, qui serait un des nôtres ?

Le haut initié conclut gaiement : « Nous avons bien déjà des évêques francs-maçons ! » (p. 303-304).

 

Version juive (1951)

 

bottom of page